En septembre 2016, nous avons décidé de vendre la maison pour faire une transition lente vers une vie nomade et beaucoup plus simple. Cette décision a culminé vers notre arrivée à l’Île d’Orléans, samedi dernier. Ce fut une décision difficile et pénible… et la meilleure de notre vie.  Nous avons habité à Montréal pendant 20 ans pour ma part et toute une vie pour Zaza.  Nous étions vraiment écœurée de la ville. Nous avons fait ce que tout le monde fait : acheter une maison en banlieue de Montréal pour tenter d’atteindre le meilleur des mondes entre la campagne et la ville.  Résultat : mauvaise idée. La banlieue n’est pas pour nous mais cette période de 4 années nous a permis de vivre énormément de prises de conscience, de poser des actions pour un mieux-être à NOTRE image, de vivre les plus grandes transformations de notre vie. Ces 4 années ont été très difficiles mais nécessaires : elles ont été le moteur de notre wunderlust.

Notre dernier déménagement fut le plus difficile. D’abord, il y a eu le stress de vendre une maison sans les moyens financiers de la rendre « vendable ». Pour deux anxieuses-neuroatypiques, c’est un cauchemar.  TOUT est un stress et une excuse de faire de l’insomnie. Ce fut long et pénible de réussir à la mettre en vente, et ce fut rapide et intense de la vendre. À travers la bureaucratie et les rencontres avec une agente qui faisait ce qu’elle peut pour vendre rapidement, on a vendu en quelques semaines. Nous avons bénéficier de 4 semaines pour faire les boîtes, jeter, donner, vendre tout le superflu… car nous avons loué une minuscule maison (nous sommes passées d’un bungalow à trois chambres et deux salles de bain à un 3 et demi). Nous avons réussi mais il reste encore beaucoup à trier à cette heure-ci.

Louer une maison après en avoir posséder une fut une réelle libération pour nous. La responsabilité d’entretenir une maison était très lourde pour nous. Et parce que notre travail nous le permet, nous avions la possibilité de louer… peu importe où.  L’idée de s’éloigner plus loin nous emballait vraiment et l’excitation de pouvoir choisir où habiter nous a éveillé. Nous étions limitées par nos finances très maigres et le fait que nous avons deux chiens. Le défi était de taille mais il semble que ces deux conditions sont moins importantes en région. Après quelques visites pas très fructueuses, Zaza a trouvé LA maison, la « pitite hippie home ». Une minuscule maison sur le bord du fleuve St-Laurent sur l’île d’Orléans.  LÎle d’Orléans…. que nous connaissions très bien. Jamais nous aurions OSER rêver de vivre sur cette île magnifique et enchanteresse! Alors oui, après un cauchemar, nous avons trouvé LA maison pour nous.

Le plus extraordinaire dans cette aventure, est de constater comme tout se place naturellement. La vie est difficile depuis novembre 2016… alors je m’étais habituée à vivre dans le stress et le découragement. Mais la « pitite hippie home » a changé tout ça.

Le déménagement a vraiment été très agréable… et même si, au moment où j’écris, rien est placé chez nous, nous sommes au paradis. Nous voulions un endroit calme, intime, conviviale, simple et c’est ce que nous avons. La maison est camouflée dans quelques arbres et une haie de cèdre conserve notre intimité qui était très importante. Zaza ne voulait plus de sonnette et nous voulions ne pas être sur le bord du chemin. C’est ce que nous avons. Nous voulions un endroit en chanteur… quoi de plus enchanteur que l’Île d’Orléans? Nous voulions habiter sur le bord d’un cours d’eau : le fleuve peut se qualifier comme cours d’eau. 😉 Nous voulions que nos chiens soient heureux, ils le sont plus que jamais.  Tout se place naturellement et plus encore. Car la vie est ainsi faite.

Notre maison est très modeste et nous ne pouvons pas accueillir beaucoup de monde. Elle a besoin d’un coup de pinceau et elle a des défauts mais nous sommes heureuses. Les plus beaux moments jusqu’ici ont été de regarder le ciel avec ses milliers d’étoiles au-dessus de nos têtes et une soirée où j’ai pleuré de soulagement.

Nous ne savons pas si nous y resterons longtemps. Nous parlons de conserver la maison comme pied à terre au Québec et d’acheter un véhicule motorisé tel que désiré pour voyager. Nous ne savons pas car en ce moment, honnêtement, tout est possible pour nous.

Recevez les nouveautés par courriel!

Complétez le formulaire afin de recevoir toutes les nouveautés du site Ad Nostra : Vers les étoiles.

Vous êtes bien abonné(e) à la liste!

Pin It on Pinterest